h1

Samain

16 novembre 2010

La fête celtique de Samain, rebaptisée Toussaint par le pape Grégoire IV en 837, existait voici plus de 2500 ans et se déroulait tous les 31 octobre. Adoptée par les Gaulois, elle marquait pour les peuples celtes la fin de l’été, le début d’une nouvelle année, et constituait un moment privilégié de rencontre entre vivants et morts.

La tentative de supplantation de la Toussaint par Halloween en France s’est essoufflée au fil des ans. Si cette fête nous est arrivée des Etats Unis, son origine est belle et bien celtique : Halloween tire son origine d’une expression anglaise : «All Hallow’s Eve» qui signifie la veille de la fête de tous les saints. En 1840, avec l’émigration des Irlandais aux États-Unis, la tradition traversa l’océan. Chez les Celtes le 31 octobre était la veille du nouvel an, le Samain, qui annonce aussi la fin des récoltes et de la saison du soleil. Ce jour là, la légende veut que les fantômes des morts se mêlent aux vivants. Une des croyances associées à cette fête est de laisser de la nourriture aux portes des villages et de l’offrir aux fantômes afin d’apaiser leurs esprits. Au fil des ans, cette tradition se transforma en une fête pour les enfants. Ceux-ci, déguisés en fantômes, allaient de porte en porte demandant des bonbons.

 Le symbole de la citrouille éclairée d’Halloween provient d’une légende irlandaise  datant du XVIIIème siècle, celle de Jack O’ Lantern. Cette légende raconte que Jack, maréchal ferrant avare et ivrogne, bouscula le diable qui réclama illico son âme. Jack lui demanda alors de se changer en pièce pour se payer un dernier verre. Sitôt le Malin transformé, Jack fourra la pièce dans sa bourse dotée d’un fermoir en forme de croix et fit le diable prisonnier. Des années plus tard,  Jack mourut : il ne put entrer au paradis à cause de sa vie dissolue et ne put pas non plus aller en enfer, car il s’était moqué du diable ! Le diable tint ainsi sa revanche et offrit toutefois une braise au malheureux pour qu’il puisse s’éclairer. Pour la protéger du vent, Jack vida un navet et plaça sa braise à l’intérieur (NDLR : À l’origine, la lanterne de Jack était un navet éclairé de charbon brûlant. Elle est devenue une citrouille dans laquelle on a mis une chandelle.) Il n’a d’autre choix que celui de se promener avec sa lanterne tout autour du monde, jusqu’au jour du jugement dernier.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :