h1

Raid neige à Mouthe du 27 au 29 janvier 2011

8 janvier 2011

Comme chaque début d’année Terre et Peuple Alsace a organisé une randonnée « grand froid » dans la région de Mouthe (25), aussi appelé « la petite Sibérie » en raison de ses températures extrêmement froides. Cette année nous étions six : deux suisses, un haut savoyard et trois alsaciens pour une tranche d’âge allant de 22  à 46 ans. Malgré ces différences,  il y eut une parfaite entente et une bonne coordination de groupe.

Après avoir fait les présentations et nous être équipés, nous avons commencé notre aventure, carte et boussole à la main. Sous nos pas craquelait le peu de neige que le soleil tentait vainement de faire fondre.

Après avoir traversé une grande clairière nous avons aperçu les premiers chalets et avons réveillé nos vieux souvenirs des bivouacs de l’année précédente.

Arrivé l’heure du bivouac, nous avons trouvé, par hasard, un ancien emplacement pour le feu : c’est donc ici que nous allions passer la première nuit, dans une petite clairière. Par équipe de deux, nous avons cherché du bois mort, en moins d’une heure nous en avions assez pour la nuit.

Enfin il ne nous restait plus que l’abri à monter avant l’arrivée de la nuit. Une équipe a décidé de tendre une bâche sous un gros sapin et une autre en lisière de forêt à l’aide de piquets trouvés sur place. Puis vint l’heure du repas bien mérité  et des grandes discussions, tant sur le plan culturel que sur le matériel utilisé par chacun.

Le lendemain matin, après avoir rassemblé les affaires et  déjeuné, nous avons continué notre périple en azimut brutal pour nous retrouver en Suisse. En chemin, chalets et points d’eau se faisaient moins rares et nous en avons profité pour faire une halte.

Soudain nous remarquons qu’il est déjà 15h et que nous n’avons toujours pas d’endroit où faire un feu et bivouaquer alors que la nuit tombe à 17h. C’est là que nous tombons à nouveau sur une clairière immense où nous n’étions pas les premiers venus. En effet, des bûcherons avaient laissé des tas énormes de bois. Nous voilà à faire ce qui est devenu notre quotidien, c’est à dire préparer un feu et un campement. En seulement deux nuits nous avons grandement amélioré notre bivouac pour corriger l’inconfort de la nuit passée. C’était là notre dernière nuit.

Le lendemain nous avions du mal à faire nos affaires et à quitter ces lieux si somptueux. Nous n’avions plus que trois heures de marche sous un soleil éblouissant pour rejoindre le point de départ. Arrivés aux voitures, nous avons fait un debriefing où il n’en  est ressorti que du positif avec, pour seul bémol peut être, que nous n’avions pas prévenus assez tôt et que certaines conditions météorologiques n’étaient pas de la partie.

Pour conclure, nous avons fait de très bonnes rencontres :  il n’y a effectivement pas mieux que trois jours en totale autarcie pour tisser des liens. Quel que soit le matériel utilisé pendant cette randonnée, sans un esprit d’équipe, une entraide exceptionnelle, les capacités des uns et des autres, nous n’aurions sans doute pas si bien réussi.

Armand

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :