h1

Cadeaux de Noël empoisonnés

7 janvier 2012

Les courses de Noël vous semblaient déjà fastidieuses ? La lecture de ce qui suit transformera vos prochains achats de cadeaux en véritables parcours du combattant pour éviter les pièges des jouets empoisonnés car, si le Père Noël n’est pas une ordure, certains fabricants de jouets le sont bel et bien  !

Le saviez-vous ? En France, plus de 60 % des jouets achetés sont fabriqués en Asie du Sud-Est où les conditions de fabrication sont souvent critiquables (non respect du droit du travail, exposition à des produits chimiques dangereux…)

Outre l’impact environnemental et social des jouets, ceux-ci peuvent être source de danger pour vos enfants. On se souvient des tapis de sol pour bébé, en forme de puzzle qui ont fait scandale fin 2010  car ils contenaient du formamide,  substance classée  « CMR » (cancérigènes et/ou mutagènes et/ou toxiques.)

Rassurez-vous braves parents, les produits CMR sont interdits dans les jouets… à effet de juillet 2013 ! Ce qui signifie qu’aujourd’hui, les tapis incriminés sont encore conformes aux normes en vigueur (même si beaucoup d’enseignes les ont retirés des rayons.)

La revue 60 millions de consommateurs (n° 44 de décembre 2009) a révélé que 30 jouets sur 66 contenaient des substances chimiques potentiellement dangereuses.

Avec 472 notifications de rappel en 2009, les jouets sont parmi les premiers produits concernés par le rappel des fabricants dans l’Union Européenne (source : rapport RAPEX 2010 – système d’alerte sur les produits de consommation dangereux mis en place par l’UE.)

Les jeunes enfants sont bien sûr plus vulnérables que les adultes : épiderme plus perméable, poumons immatures… et surtout, ils portent souvent les jouets à leur bouche.

Bien entendu, on peut se donner bonne conscience en parlant d’acheter des jouets dits « responsables », écolos, en bois ou éducatifs mais c’est sans compter le budget cadeau et la liste au Père Noël. C’est là que les chaînes télévisées dédiées aux enfants interviennent, sans compter les prospectus de jouets, qui envahissent nos boîtes aux lettres de plus en plus tôt, et surtout l’influence des copains : les modes se font et se défont dans les cours d’école, et ce parfois dès la maternelle !

Ainsi, à l’approche de Noël, les Gulli et consorts ont littéralement bombardé les enfants de pubs pour les jouets entre chaque dessin animé ! Pas évident après ce matraquage médiatique sur des esprits bien malléables d’expliquer à notre bibou que l’on doute de l’intérêt éducatif de certains joujoux, dont la télé a pourtant vanté les mérites, sans passer pour des bourreaux d’enfants ou des parents ringards (on exagère à peine !)

Alors, pour être quand même dans l’air du temps, on dit OK à la Beyblade, le Spiderman ou le Bakugan réclamé par notre petit monstre (les parents des 4 /8 ans comprendront !), à condition toutefois que ce jouet made in ailleurs porte au moins la marque NF (norme française) qui garantit qu’un article est conforme à un ensemble de normes françaises, mais aussi européennes et internationales, en matière de sécurité, d’aptitude à l’emploi et de qualité, toute proportion gardée.

Quant au label CE, ne vous y fiez pas, celui-ci semble avoir été créé pour encore mieux brouiller les pistes puisqu’il est appliqué par le fabricant lui-même, qui affirme se conformer à la réglementation européenne.

Autre point important sur lequel nous attirons votre attention : il n’existe pas encore d’obligation d’étiquetage de la composition des jouets et il vous faut savoir que, malgré la révision de la directive européenne sur la sécurité des jouets en 2009 et la réglementation REACH (sur les substances chimiques), beaucoup de composés toxiques continuent à être autorisés (dont le mercure, certains phtalates et le BPA – plus connu sous l’appellation bisphénol A).

Mieux vaut donc éviter, si possible, l’achat de jouets en PVC (matière composée à 57 % de sel et à 43 % de pétrole, à laquelle on ajoute très souvent des plastifiants, dont les phtalates toxiques – voire cancérigènes – surtout pour les enfants), préférez leur plutôt des composants naturels : bois (et non pas contreplaqué), coton, laine…

Car outre le BPA, les phtalates, le formamide, les jouets de nos enfants peuvent également contenir du cadmium, du chrome, des composés perfluorés, du plomb, des hydrocarbures, du formaldéhyde… Derrière ces  termes barbares, se cachent des produits hautement cancérigènes, des perturbateurs endocriniens et des neurotoxiques.

Alors, pour mieux décrypter ce que vous  déposerez aux prochaines fêtes de Jul dans la besace du père Noël, consultez donc notre article sur les jouets made in France.

Source : bimestriel Bubblemag – décembre 2011

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger le guide « Jouets, protéger les enfants en évitant les substances toxiques » sur le site français : http://www.wecf.eu/francais

Tapis puzzle jouet

Joli tapis puzzle en formamide, ou comment empoisonner son enfant sans le savoir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :