h1

Saint-Nicolas

21 novembre 2012

La Saint-Nicolas est une fête principalement dédiée aux enfants, bien que les parents et amis y jouent un rôle important. Dans cette période froide et sombre qu’est l’hiver, la Saint-Nicolas permet de resserrer les familles pour une chaude veillée avant Noël. Cette fête met en scène le Saint-Nicolas de MYRE. Dans plusieurs pays européens, c’est une tradition vivace et importante, qui se déroule le 5 et/ou le 6 décembre.

 

On fête la Saint-Nicolas essentiellement aux Pays-Bas, en Hongrie, en Pologne, en République Tchèque au nord et au nord-est de la France, en Lorraine mais surtout en Alsace où la tradition est fortement ancrée. Dans d’autres pays comme la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, l’Autriche ou la Suisse, la Saint-Nicolas est également fêtée mais avec une interprétation différente ; plus proche du procession aux flambeaux de la Saint-Martin ou de la fête des lumières. Saint Martin, rentrant de croisade a, selon l’histoire, coupé son manteau en deux parties, afin de préserver du froid de l’hiver un mendiant sur le bord du chemin.

Aussi, le point commun à ces célébrations est la distribution de petits cadeaux ou de friandises aux enfants ainsi que la nécessité d’une veillée supplémentaire au plus profond de l’hiver.

 

 

La Saint-Nicolas est une fête inspirée d’une personne ayant réellement vécu, Nicolas de MYRE. Né àPATARA au sud-ouest de l’Asie mineure entre 250 et 270, il fut le successeur de son oncle, l’évêque deMYRE.

De son vivant, Nicolas de MYRE fut le protecteur des enfants, des veuves et des gens faibles. Il fut bienveillant et généreux. L’empereur DIOCLÉTIEN régnant alors sur toute l’Asie mineure poursuivit cruellement les chrétiens, entraînant ainsi l’emprisonnement de Nicolas qui fut contraint de vivre, un certain temps en exil. En 313, l’empereur CONSTANTIN rétablit la liberté religieuse, et Nicolas put alors reprendre sa place d’évêque.

Nicolas serait décédé un 6 décembre 343. Il fut enterré à MYRE, mais ses ossements furent volés en 1087 par des marchands italiens qui les emportèrent à BARI en Italie. Selon la légende, Saint Nicolas aurait ressuscité trois enfants tués par un boucher. Les miracles attribués à saint Nicolas sont si nombreux qu’il est aujourd’hui le saint patron de nombreuses corporations ou groupes tels que les enfants, les marins, les prisonniers et les avocats. En Allemagne, la journée du 6 décembre fut choisie comme le jour de la fête des commerçants, des boulangers et des marins.

Dès le Xème siècle, une relique (une phalange du Saint) fut transférée de BARI vers le Duché de Lorraine. Au sud de NANCY, à SAINT-NICOLAS-DE-PORT, fut édifiée une grande basilique dédiée au Saint. Vénéré et très souvent invoqué il deviendra très rapidement le saint-patron de la Lorraine.

 

Aujourd’hui, Saint Nicolas passe dans les maisons et les écoles pour apporter aux enfants sages des friandises : pommes, noix, gâteaux, bonbons, chocolats et surtout des Mannalas et de grands pains d’épices représentant le saint évêque.

Toutefois, en Alsace, Saint Nicolas est accompagné du terrible HANS TRAPP (ou père fouettard)… Vêtu d’un manteau noir sale à grand capuchon, de grosses bottes en fourrure et portant un fouet et un sac. Il n’a pas le beau rôle puisqu’il distribue des coups de trique aux enfants qui n’ont pas été sages, menace de les emporter dans son sac ou leur donne encore du charbon, des pommes de terre ou des oignons pourris plutôt que des cadeaux… Le HANS TRAPP est également représenté avec des cornes et une queue ; véritables connotations diaboliques ! Il est là pour faire peur à la foule : il agite des chaînes, poursuit les gens avec des bâtons et les jeunes filles pour les palper. Gare aux enfants qui ne répondraient pas bien aux questions de Saint Nicolas ; le HANS TRAPP essaye alors de les emmener dans son sac !

 

Dans la nuit du 5 au 6 décembre, dans les familles alsaciennes, il est de coutume de se rassembler au coin du feu, dans la pièce principale de la maison, la Stuewa, au coin du feu et d’attendre la venue du Saint Nicolas. Parfois monté sur un âne, il est suivi du sombre HANS TRAPP. Tous deux passent ainsi dans les villages, afin de rendre visites aux enfants.

Ce soir-là, le repas est léger et l’on ne mange que des Mannalas avec un bon chocolat chaud.

De l’alsacien « petit bonhomme », un Mannala est une sorte de pain au lait en forme de petit bonhomme. Le Mannala est censé représenter Saint Nicolas, ou encore les trois enfants sauvés du boucher par ce dernier. De nos jours, cette brioche est souvent accommodée de raisins secs ou de pépites de chocolat noir ou blanc.

En Alsace, dès le XVème siècle, les Mannalas sont liés à la célébration du jour de la Saint-Nicolas. Ils font partie des pains dits de Saint-Nicolas. Les plus connus sont les Mannalas mais il existe aussi lesSchnackalas (petits escargots). Ils étaient jadis en forme de cheval, de porc, de poule, de lapin ou de démon, qui avaient alors un pouvoir d’exorcisme. En attendant le Solstice, il fallait à tout prix chasser les menaces de l’hiver et conjurer le sort.

Jusque vers les années 1960, la Saint-Nicolas était pour les enfants, une fête bien plus importante que la fête de Noël. De nos jours, dans certaines familles, la tradition des petits cadeaux se fait encore à la Saint-Nicolas et non à Noël, voire parfois aux deux fêtes.

Dans la plus part des villes et villages, même dans les communes les plus modestes, la Saint Nicolas est souvent l’occasion d’organiser quelques festivités pour les enfants du village ; mais aussi pour les anciens. Les enfants chantant des chansons pour les ainés, le Saint-Nicolas servant alors de trait d’union entre les deux générations !

De nombreuses villes alsaciennes organisent des « marchés de la Saint-Nicolas » au début du mois de décembre. Le célèbre marché de Noël de STRASBOURG fut longtemps appelé ainsi.

 

Le grand saint et son acolyte le HANS TRAPP visitent également les écoles le 6 décembre. Là, ils écoutent le chant des élèves et leur posent quelques questions quant à leur assiduité… Le HANS TRAPP menace les cancres de les emmener dans son sac s’ils ne promettent pas d’être plus sages l’année prochaine. Mais à la fin, quelles que soient les réponses, Le Saint Nicolas distribue toujours des friandises aux écoliers !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :